France:Le bilan de Macron négatif pour 55% des Français

2018-05-06 22:50:56 - Après un an au pouvoir, 55% des Français jugent le bilan global d'Emmanuel Macron "négatif", selon une enquête du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), réalisée par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde et la Fondation Jean Jaurès.

Une majorité de Français (55%) dresse un bilan "négatif" de l'action d'Emmanuel Macron après un an de pouvoir, contre 45% qui jugent le bilan positif, selon une enquête du Cevipof. L'action d'Emmanuel Macron pour ce qui est du pouvoir d'achat et de la réduction des inégalités sociales est jugée particulièrement sévèrement, 78% des Français estimant qu'elle va dans le mauvais sens. 
 
Ils sont à peine moins sévères pour ce qui est du système de santé, 72% jugeant que l'action présidentielle va dans le mauvais sens, tout comme pour le système de retraite (70%) et la maîtrise de l'immigration (66%). Le bilan est plus légèrement négatif pour la lutte contre l'insécurité (53% jugent que l'action menée va dans le mauvais sens), la réforme de l'éducation (51%) et la lutte contre le chômage (51), tandis que les électeurs sont très partagés sur l'amélioration du fonctionnement de la vie politique (50%). 
 
Des thématiques qui emportent l'adhésion
 
Seules quatre thématiques emportent l'adhésion: la politique étrangère, qui va "dans le bon sens" pour 63% des Français, l'aide aux entreprises (61%), l'Union européenne (60%) et la lutte contre le terrorisme (57%). Confortant l'image d'un "président des riches" brandie par l'opposition, les Français estiment à 76% que la politique menée "profite avant tout aux catégories aisées", et seulement 16% qu'elle bénéficie "à l'ensemble des Français" (contre 5% qui la voient favorables aux catégories populaires et 3% aux classes moyennes). 
 
L'accusation de privilégier les urbains trouve également un écho chez les deux tiers (67%) des personnes interrogées, qui jugent que les "Français qui vivent dans des grandes villes" sont les principaux bénéficiaires de la politique gouvernementale (contre 28% pour l'ensemble des Français, 3% pour les habitants des périphéries des villes, 2% pour les habitants des petites villes ou zones rurales).
 
BFM avec AFP

: France Monde