France : Mais à quoi sert vraiment Marlène Schiappa ?

2018-09-15 22:58:47 - Installée depuis un peu plus d’un an au secrétariat d’Etat pour l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa enchaîne les prises de position enflammées sans forcément les accompagner d’actes politiques concrets. Et l’agacement gagne peu à peu les rangs du monde associatif féministe.

Elle est l’une des figures emblématiques dugouvernement Philippe. Issue de la société civile et traînant une solide réputation de féministe – de par les nombreux ouvrages qu’elle a consacrés aux droits des femmes ces dernières années -, la nomination deMarlène Schiappaau secrétariat d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes avait suscité quelques espoirs. Seize mois plus tard, c’est plutôt l’exaspération qui domine. Si beaucoup lui reconnaissent une certaine sincérité dans son engagement, ils sont tout autant à déplorer un art de la représentation et de la communication poussé à l’excès, au détriment d’actes politiques concrets. Indignée, revendicative ou pédagogue, elle ne rate pas une seule occasion d’exister sur les réseaux sociaux ou sur les plateaux de télévision… Mais rattrapée par son impuissance et le manque de moyens, la militante passionnée passe régulièrement le relai à la secrétaire d’Etat mesurée. De là à s’interroger sur son utilité dans legouvernementPhilippe, il n’y a qu’un pas…
 
Double langage
 
Dernier exemple en date, ce jeudi 13 septembre à l'antenne de BFM TV. Face à Jean-Jacques Bourdin, la secrétaire d'Etat semble tiraillée, partagée entre ses différentes casquettes. D'abord celle de la militante et même de la mère, outrée de voir qu'une énorme majorité de femmes continuent, lors de la rentrée scolaire, d'accompagner leurs enfants à l'école - comme dans celle de sa fille - et pas les hommes. Militante encore à l'évocation d'un éventuel allongement du congé paternité. Interrogée sur le rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) remis la veille au gouvernement et qui préconise de porter sa durée de 11 jours à 4 semaines, Marlène Schiappa lance : "Moi, je suis favorable à l'allongement du congé paternité, à titre personnel. Cela fait des années que je milite pour cela." Puis arrive le discours de la secrétaire d'Etat prudente quelques secondes plus tard : "Il y a un engagement de la part du gouvernement à étudier ce sujet, maintenant il va falloir concerter les partenaires sociaux avec la ministre du Travail, celle de la Solidarité et de la Santé… Après il faut étudier la manière dont on le finance." Pour espérer compter sur son poids politique, il faudra visiblement repasser.
 
Un dédoublement du personnage qui marque et qui lasse certains acteurs de la lutte pour l'égalité des sexes. "On ne peut pas tenir ce genre de discours sans que cela soit suivi d'effets, sans réellement montrer de volonté politique capable de permettre des avancées pour les femmes", tempête Céline Piques, porte-parole d'Osez le féminisme, auprès de Marianne. "Quand on l'écoute, on ne peut qu'être convaincue, nous confie Diariata N'Diaye, fondatrice de l'association de lutte contre les violences faites aux femmes "Résonantes". Mais les actes ne suivent jamais ses convictions que je crois sincères. Je suis déçue évidemment, et je ne suis pas la seule."
 
Pour pallier cette incapacité à agir, selon elles, la secrétaire d'Etat fait régulièrement le choix des coups d'éclat pour attirer l'attention médiatique. De la mise en scène de sa traversée du quartier de La Chapelle-Pajol au mois de juin 2017 à ses tweets rageurs demandant à une enseigne de grande distribution de retirer des sacs au discours sexiste… Des méthodes qui ne sont pas du goût de ces militantes. "On nous avait promis que l'égalité femmes-hommes allait être considérée comme la grande cause nationale du quinquennat. Dans les faits, on a simplement hérité d'une présence médiatique extrêmement forte, à des revendications affichées mais stériles. C'est bien la preuve qu'elle ne pèse pas dans le gouvernement", déplore la porte-parole d'Osez le féminisme.
 
Faute de budget, l'option communication privilégiée
 
Malgré cette frustration, Céline Piques accorde quelques circonstances atténuantes à la secrétaire d'Etat. En premier lieu : le faible budget accordé au secrétariat d'Etat. "29 millions d'euros c'est 0,007% du budget de l'Etat. Avec un tel budget, comment voulez-vous impulser une quelconque dynamique ?" C'est pourquoi Martine Storti, militante historique du Mouvement de libération des femmes (MLF) et co-fondatrice du mensuel féministe Histoires d'elles dans les années 70 se veut malgré tout compréhensive : "Dire que sa première activité, dans ce gouvernement, est de faire de la communication, c'est vrai, avoue-t-elle à Marianne. Cependant, la communication c'est tout-de-même de l'action, ça permet d'attirer l'attention de l'opinion publique vers des sujets comme les violences faites aux femmes. Peut-elle vraiment faire autre chose ?"
 
Une bienveillance qui s'efface toutefois bien vite. Surtout quand il s'agit d'évoquer la baisse des subventions accordées aux associations du secteur. Au mois de juillet 2017, le budget du secrétariat d'Etat pour l'année 2018 a été amputé de 7,5 millions d'euros, soit une restriction budgétaire de 27,88%. Dans la foulée, en audition à l'Assemblée nationale, Marlène Schiappa avait indiqué qu'une dizaine d'associations seulement allaient être concernées par la non-reconduction de leurs subventions. Mais depuis, les financements se feraient de plus en plus rares selon Céline Piques. "Pendant qu'elle est sur les plateaux, des associations et des structures qui font un super travail sur le terrain n'ont plus de financement. C'est le cas par exemple du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) qui est en cessation de paiement", rapporte-t-elle.
 
"Il y aurait énormément d'autres choses à faire que de parler"
 
Université d'été du féminisme à 300.000 euros
 
Pendant ce temps, la secrétaire d'Etat s'offre une énième campagne de communication par l'organisation d'une Université d'été du féminisme à Paris, ce jeudi 13 et vendredi 14 septembre. Tel un parti politique ou un courant de pensée cherchant un second souffle. "La véritable ambition, c’est de mettre les projecteurs sur les femmes et les hommes qui sont engagés pour l’égalité entre les femmes et les hommes. L’idée, c’est vraiment d’inviter à la réflexion", expliquait-elle à Franceinfo il y a quelques jours.
 
Un événement dont le coût de 300.000 euros, révélé par Le Canard Enchaîné, passe mal du côté d'Osez le féminisme. "300.000 euros, ça équivaut au budget annuel de certaines associations accompagnant des milliers de femmes victimes de viol par exemple, calcule Céline Piques. Tout cela pour parler, réfléchir… On a besoin de places d'hébergement d'urgence pour que certaines femmes puissent quitter leur mari violent et trouver un endroit où aller, on a besoin de structures et d'associations de terrain en capacité de les accompagner en justice, de prendre en charge des psychotraumatismes, on a besoin de former les policiers à recueillir les plaintes de ces femmes… Il y aurait énormément d'autres choses à faire que de parler."
 
Par Anthony Cortes - Marianne
 
 
 
 
 

: France Monde