France : Les gilets jaunes sont de dangereux antisémites

2019-02-20 23:41:57 - Violents, stupides, mal informés, xénophobes, populistes, fascistes, nazis, radicaux islamistes, beaufs, feignants, homophobes. Ils mettent notre économie en péril, fatiguent et agressent nos forces de l’ordre ; ils ne respectent pas la presse, veulent détruire la démocratie, ils veulent le repli national et rejeter les noirs à la mer… Et puisque cela n’a pas l’air de suffire, nous voici en plein tsunami : antisémite.

Un véritable lynchage médiatique s’abat sur le mouvement des gilets jaunes. J’en ai même entendu dire que les blessés et les morts parmi eux ne sont que la conséquence de leurs caprices démesurés (j’adoucis les propos). Faut-il le rappeler, le gouvernement n’entend pas s’écarter de sa ligne politique internationaliste, et pour cela, il faut faire taire la contestation par tous les moyens. Et des moyens, nos élites en ont. La justice et la loi anticasseurs, qui est une atteinte au droit de résistance à l’oppression ; les forces de l’ordre suffisamment conditionnées pour tirer à bout portant et en pleine tête de manifestants sans défense ; et bien sûr leur incommensurable pouvoir de propagande via des médias tous acquis à la cause mondialiste, la presse est entre les mains des plus grosses fortunes qui travaillent d’arrache-pied à l’extermination des nations, au profit d’un système bancaire mondial, hors de portée de toute charte et de toute constitution.
 
Après les foulards Rouges, une marche contre l’antisémitisme avec des relents anti-contestataires, anti-gilets jaunes. Certes, il y a des abus et des accès de colère conduisant à la violence parfois gratuite. Mais je n’ai pas vu les médias s’émouvoir de l’agression ignoble et extrêmement violente subie par Vincent Lapierre, attaqué lâchement par une horde de soi-disant anti-fa. Quelques mots lâchés à la face d’un Finkielkraut auront en revanche suffi à déclencher une réaction en chaîne, allant jusqu’à faire descendre tous les partis politiques dans la rue. Mise à part ça, il n’y a pas de deux poids deux mesures. Le mur de Trump est un scandale international, celui qui emprisonne Gaza n’attire pas les foudres de la bienpensance.
 
 
Les colonisateurs Occidentaux sont des criminels et ne reculent devant rien. Israël est un problème, du moins son extension, et ses exactions vis-à-vis de ses voisins et des Palestiniens, mais il faut cesser d’en faire le problème central. Preuve en est le Venezuela et la reconnaissance illégitime de l’envoyé Guaido, « président auto-proclamé » et surtout marionnette des internationalistes n’attendant que la chute de Maduro pour faire main basse sur la plus grande réserve de pétrole au monde. Les Occidentaux sont des colonisateurs, c’est ainsi. De tout temps nous nous sommes envahis les uns les autres, puis nous avons envahi et asservi des peuples dans le monde entier. Je ne vais pas refaire l’histoire des conquêtes sournoises de l’Occident, mais la Libye récemment, l’Irak ou encore l’invasion avortée en Syrie nous rappelle constamment que nous sommes des envahisseurs violents, ravageant tout, pour un jeu politique ne servant que les intérêts économiques d’une poignée.
 
Il n’empêche que nous ne pouvons pas non plus ignorer l’influence Juive.
 
« Antisémiiiitttttteeeeeeeeeeee !!! »
 
« Oui je sais, tiens, tu reveux une quenelle ? Il reste de l’ananas… »
 
Les lobbies sont un joli nom donné à de véritables organes de corruptions. Plus ou moins occultes, les réseaux et les clubs d’influences font et défont les règles autour desquelles s’articule notre monde et ce bien sûr, au gré de leurs besoins. Il existe un nombre incalculable de réseaux : franc-maçonnerie bien sûr, mais pas que, il y a aussi un réseautage universitaire à travers des programmes privés tels que la French American Foundation, des groupes élitistes et mondialistes comme le Bilderberg ou le CFR pour ne citer que les plus célèbres, des clubs d’influences comme l’institut Berggruen aux États-Unis qui s’intéressent entre autres à l’avenir de l’Europe, différents « observatoires » et autres fondations comme l’Open society de George Soros ou la fondation Jean Jaurès plus proche de nous, qui s’attaque elle aux « radicalités ».
 
Venons-y : complotiste. L’autre mot magique, ce virus qui conduit à la haine et donc inexorablement à la haine du Juif. Reichstadg, Bronner et consorts sont en pleine émulation, cette fois, leur cible est jaune. Je ne vais pas m’étaler sur le complotisme aujourd’hui parce que c’est dans les cartons, mais il suffit de voir ce qui se dit et s’écrit dans la presse pour comprendre. La diabolisation est rudement bien ficelée : les gilets jaunes s’informent sur internet, les gens qui s’informent sur internet véhiculent des fakes news, les gens qui s’informent sur internet sont plus enclins à croire les théories du complot et surtout celle d’un complot Juif. Les gilets jaunes véhiculent les théories du complot, la haine et l’antisémitisme. Le gilet jaune devient par déduction un mélange d’ultragauchiste et de facho, tantôt adorateur de Vichy, tantôt homophobe, tantôt raciste et dans tous les cas : c’est un con, dans tous les cas : il est la « nouvelle menace » à abattre.
 
Concrètement, le lobby Juif est un lobby puissant, même s’il est loin d’être le seul, nous pourrions évoquer le lobby pétrolier, big pharma et bien d’autres encore. La religion, c’est bon pour le peuple, dans la réalité, le véritable lobby est celui de l’argent et donc de ceux qui le possèdent, et ce quelles que soient leurs origines et leurs religions. Un nouveau riche s’adapte au monde des riches ou disparaît.
 
En revanche, l’instrumentalisation de la souffrance Juive utilisée par les élites et plus généralement par les élites Occidentales est et reste un véritable problème. Nous n’avons pas, en tant que complotiste, inventé le diner du CRIF dont le dernier a eu lieu sous la pyramide du Louvre, ni même les fortunes des Rothschild et autres Rockefeller, nous ne sommes pas non plus responsables de la colonisation sauvage de la Palestine et maintenant de la Cisjordanie. Nous ne sommes pas non plus responsables de leur influence dans les médias ou le cinéma. Le lobby Juif est le lobby religieux le plus puissant du monde, c’est indéniable et les répercussions des abus de certaines élites ruissellent bien plus sur l’ensemble de cette communauté que l’argent sur la tête des ouvriers.
 
La vérité est que la France est aujourd’hui peuplée de communautés arrivant de partout et pour beaucoup, victimes de la colonisation. Le fait est qu’aujourd’hui les exactions à l’encontre des noirs, des amérindiens, et de tous les autres peuples victimes de la soif de pouvoir sont largement minimisés comparativement aux préjudices subis par le peuple Juif qui, rappelons-le, n’est pas le seul à avoir souffert de la seconde guerre mondiale ; mais le devoir de mémoire ne se concentre que sur un seul malheur, voilà ce qui est à l’origine du sentiment d’injustice. La question n’est pas de savoir si les Juifs ont souffert, mais pourquoi cela est autant commémoré quand les exactions et les massacres goys sont, à ce point, ignorées. La loi elle-même nous interdit littéralement d’avoir une opinion sur le sujet, mais voilà maintenant que les députés réfléchissent à instituer un délit : d’antisionisme.
 
Alors là, il faut bien savoir de quoi on parle. L’antisémitisme est décrit par nos médias comme la haine du Juif en tant que tel, c’est une chose. En revanche le sionisme, c’est l’installation du Juif en Palestine. L’antisionisme : c’est donc le refus d’une terre Juive en Palestine. Évidemment, c’est plus complexe que ça. Israël existe aujourd’hui, c’est un fait, et concrètement pour en parler régulièrement, ce n’est pas ce qui gêne tellement les critiques d’Israël, mais plutôt l’expansion d’Israël et l’impunité totale dont jouit ce pays vis-à-vis de la communauté internationale. Les agissements condamnables d’Israël sont nombreux, mais jamais ou presque, il n’y a la moindre émotion du côté Occidental.
 
Et pour cause, Israël est un projet essentiellement concocté par de riches Juifs Occidentaux, aussi, l’influence de ces élites dans les couloirs de nos institutions permet une position très favorable à Israël et la rend quasiment intouchable. Pour cela, il suffit comme c’est actuellement le cas dans les médias, de faire l’amalgame entre antisémitisme et antisionisme. Vous critiquez Israël, vous avez la haine du Juif, vous êtes un nazi. Pourtant le mot antisioniste est large de sens et n’implique pas l’ensemble de la communauté Juive, et la plupart des critiques les plus connus de cet élan colonisateur n’ont de cesse de le rappeler. La remise en cause de certains points de l’histoire suffit à les rendre infréquentables auprès du grand public.
 
Que les choses soient claires, je ne pointe pas la communauté Juive du doigt, et que celui qui me traite d’antisémite me fasse le plaisir d’aller chercher plus loin dans l’argumentation.
 
Ce que j’accuse, c’est l’instrumentalisation de la souffrance Juive pour d’une part : couper court à toutes velléités de s’opposer au système mondialiste et capitaliste en place que ce soit par la contre-information ou la contestation sociale, et d’autre part couvrir les exactions d’une colonisation sauvage, qui n’est rien de plus rien de moins, qu’une colonisation Occidentale de plus.
 
Il faut faire taire tous ceux qui luttent contre les tenants du grand capital, et la propagande mensongère et la diabolisation restent des armes essentielles pour se maintenir au pouvoir. Vous défendez votre nation ? Vous êtes populiste, voire facho. Vous luttez pour vos droits ? Vous êtes une feignasse, beauf et arriéré. Vous défendez la cause Palestinienne ou dénoncez l’influence du lobby Juif dans notre politique ? Vous êtes antisémites. Vous remettez en doute une version officielle ? Vous êtes conspirationniste et donc tout cela à la fois ! Il faut faire taire les gilets jaunes.
 
Moi, j’ai vu des retraités en colère, des pères de famille en pleurs, des blessés revenir au front. J’ai vu des gens instruits, pacifiques et tolérants être traînés dans la boue ou en justice. Les médias et nos élites nous ressortent la carte : camps de concentration, mais plus ça va et moins ça prend. Bientôt, il sera interdit de nier la légitimité d’Israël alors qu’il reste interdit ou presque de défendre son propre peuple, son propre pays. Chercher l’erreur.
 
Je ne suis pas légitime pour dire s’il faut continuer ou arrêter le mouvement. Ma situation ne me permet pas d’être dans les rues le samedi, mais si ce mouvement magnifique à mes yeux doit prendre fin, terrassé par les mensonges et la diabolisation qui s’exercent aujourd’hui, alors ce sera une défaite cuisante pour la morale et notre avenir.
 
Je considère toujours la quenelle comme un geste antisystème, et je continuerais toujours de soutenir ceux qui sont victimes de l’injustice sociale et judiciaire pour avoir commis le crime de ne plus croire en des élites qui ruinent et ravagent tout sans la moindre once d’humanité, et pour certains, crime de lèse-majesté, osé dénoncer ce qui ne peut plus être considérée comme une influence ordinaire. 
 
Antisémites, complotistes, mon cul sur la commode, les gilets jaunes ne ressemblent qu’à eux-mêmes, ils sont nos retraités, nos jeunes en devenir, ils sont ceux qui font notre quotidien, ils sont ceux qui ne veulent plus d’un monde où la valeur humaine se compte en Dollars.
 
Cet article est dédié à tous ceux qui descendent dans la rue, aux Indiens d’Amérique, à l’Afrique colonisée, aux peuples aborigènes, aux espèces animales disparues, aux Arméniens, aux Vendéens, aux Algériens, aux Vietnamiens, aux Vénézuéliens, et pourquoi pas aux Juifs, et accessoirement à toutes les victimes de la débilité humaine. 
 
PAR Planetes360

: France Monde