France : François Fillon, ce dictateur africain

2017-03-15 15:29:11 - François Fillon "mène une campagne digne d'un dictateur africain". Et c'est un journal francophone africain qui le dit...Les déboires judiciaires de François Fillon dépassent les frontières françaises et suscitent l'intérêt de la presse étrangère aux quatre coins du monde.

Et vu de Guinée, la campagne du candidat LR à l'élection présidentielle s'assimile à celle d'un chef d'État africain, à tendance autocratique, bien trop accroché au pouvoir. Le site d'information guinéen Le Djely, relayé par Le Courrier international, livre un portrait sans concession de l'ex-Premier ministre et intitulé "L'autre Africain".
  
Fillon, l'espoir déchu
 
Le constat s'avère d'autant plus amer en Guinée que François Fillon jouissait avant le "PenelopeGate" d'une image intègre, honorable et d'une réputation d'efficacité: un "technocrate discipliné et appliqué, une force tranquille", précise le journaliste Boubacar Sanso Barry. La primaire de la droite semblait avoir désigné un homme capable de redorer le blason de la fonction présidentielle et de restaurer son besoin de moralité. Un espoir déchu: "En réalité, il est plus proche des dictateurs africains", constate l'auteur.
 
Boulimie du pouvoir
 
En Afrique, trop de dirigeants tentent de réécrire les constitutions nationales pour "se maintenir ad vitam aeternam au pouvoir", dénonce Le Djely. Et l'obstination de François Fillon s'apparente à cette pratique africaine profondément enracinée... pourtant généralement dénigrée en France: cette boulimie du pouvoir qui menace la démocratie. "Cette façon de se présenter comme victime systématique d'un complot ourdi par des adversaires et mis en œuvre via des médias au service de la mauvaise cause, c'est aussi quelque chose qu'on a l'habitude de retrouver dans les campagnes électorales en Afrique", insiste Boubacar Sanso Barry.  
 
Le refuge de l'Élysée
 
Vu de Conakry, capitale de la Guinée, ancienne colonie française, François Fillon essaie tout simplement d'atteindre le palais de l'Élysée pour "se mettre à l'abri des poursuites judiciaires". Et quand, "suffisant et arrogant", il s'autoproclame seul rempart possible au Front national alors qu'il refuse de se soumettre à la justice, il contredit son dogme initial: le retour à l'exemplarité. Sans parler des mérites qu'il voue à la colonisation, vantant la France "d'avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d'Afrique"...
 
 
7sur7.be
 

: France Monde