France : Mélenchon repart nettement à la hausse et dépasse Hamon

2017-03-20 22:11:36 - La dernière mesure de Filteris indique un redémarrage des intentions de vote en faveur du candidat de la France Insoumise, au détriment de Benoît Hamon, qui régresse, après avoir entretenu l’illusion d’un possible emballement en sa faveur. Du très grand Mélenchon, le 18 mars. Alors que le socialiste, candidat d’un parti qui soutient majoritairement Macron, se trouve dans une posture de moins en moins tenable.

Les instituts de sondages traditionnels ont l’obligation d’afficher des résultats d’enquêtes conformes aux attentes de leurs puissants donneurs d’ordre ou commanditaires, pour influencer l’opinion des Français en faveur des candidats des riches, que sont Fillon et Macron, et la candidate Le Pen, dont la présence au second tour est indispensable pour assurer la victoire de l’un des deux.
 
Face à ce déferlement de chiffres, donnant invariablement ce seul tiercé gagnant, repris en boucle inlassablement par les médias aux ordres, soit 90% des médias français, lesquels appartiennent à seulement 9 milliardaires, les Français, gavés comme des oies, de mensonges sondagiers quotidiens, semblent résister et exprimer des opinions plus contrastées. Lesquelles contredisent, dans bien des cas, les études des instituts de sondage.
 
Ce sont, notamment, les enquêtes en continu mises en place par les sites d’information, à l’instar du Point et d’autres. C’est aussi et surtout, depuis quelques années, l’émergence d’une méthode de mesure inédite, utilisée par Filteris et Euromédiations, basée sur l’analyse Big Data des perceptions et des valeurs naturellement exprimées sur les réseaux sociaux par tous les citoyens et électeurs.
 
Filteris a montré la fiabilité de ses prévisions en 2012
 
Le 10 février, interpelé sur Facebook, Jérôme Coutard, représentant Filteris-Canada affirmait « nous suivons cela (NDLA : l’audience des candidats à la présidentielle) pour les Français gratuitement, sans aucune allégeance politique ». 
 
De fait, si l’on examine les prévisions de Filteris, en remontant à l’élection présidentielle de 2012, les résultats donnés se sont avérés très proches des votes des électeurs (voir graphique). Dans un passé récent, et contrairement aux sondeurs classiques, Filteris a prédit la victoire, inattendue, de Fillon à la primaire de la droite et celle, tout aussi inattendue, de Hamon, à la primaire de la gauche. Aux USA, cet institut avait vu arriver la victoire de Trump, quand tous les prévisionnistes misaient, à dessein, sur Clinton.
 
Aujourd’hui, l’accès à internet est un acte inscrit dans la banalité du quotidien. Ce qui se dessinait, autour de l’info libre balbutiante, au début des années 2000, a pris corps à travers un réseau de sites d’info, dont la crédibilité (régulièrement mise en cause par les médiocres journaleux aux ordres), pour la grande majorité d’entre eux, ne peut être contestée. Des chaînes, comme Youtube, par exemple, ou les réseaux sociaux, tel Facebook, permettent aux candidats de contrecarrer le message officiel et/ou de corriger les fausses infos lâchées contre eux, sur les médias inféodés.
 
Le consommateur d’infos est-il enfin devenu adulte ? A l’évidence, il exerce désormais son sens critique, notamment à l’endroit des faiseurs d’opinions de la télé. Filteris utilise la perception qu’ont les internautes de tel ou tel candidat (1), sans qu’il soit nécessaire de répondre à un questionnaire, dont la plus grande faille est d’orienter, subtilement certes, mais systématiquement, les réponses. Sans compter que les sondés peuvent parfaitement répondre n’importe quoi et ne s’en privent pas.
 
Le phénomène Mélenchon, vraie star des intentions de vote 
 
Ainsi observe-t-on que peu de temps après l’entrée en lice de Benoît Hamon (le 29 janvier), Mélenchon, à l’inverse des résultats donnés par la quasi-totalité des sondeurs traditionnels, tutoyait les 19% d’intentions (18,7%) le 15 février, là où Hamon peinait à atteindre les 10% (9,2%). Il était considéré par Filteris comme la vraie star des analyses d’intentions de vote. Un phénomène bien évidemment sciemment occulté par les médias aux ordres.
 
Après une période de dispersion des intentions de vote des électeurs de la vraie gauche, due à la présence de deux candidats défendant des options somme toute assez proches, en rupture avec les propositions des candidats des riches que sont Fillon et Macron, la cote de Mélenchon a baissé au profit de d’Hamon. Le rapport s’est inversé légèrement en faveur du socialiste à la mi-mars, avant la grande marche de la France Insoumise du 18 mars. 
 
Après le meeting de Hamon à Bercy, dimanche 19 mars, devant 20 à 25000 militants et le rassemblement de Mélenchon, samedi 18 mars, devant 100 à 130 000 « insoumis », place de la République, ce dernier a repris la tête des intentions mesurées quotidiennement par Filteris. Mélenchon dépasse à nouveau Hamon avec 13,85 % contre 10,43% à l’ancien frondeur socialiste.

Une insurrection citoyenne en marche
 
Eblouissant de vérité, le discours de Mélenchon, ce 18 mars, d’une profondeur exceptionnelle et d’une portée universelle, a marqué les esprits. La démarche est "gaullienne". Et c’est bien là le paradoxe de cet homme politique de gauche visionnaire, dont la dimension humaine ne peut pas ne pas répondre à l’aspiration de liberté et de bien-être de tous les Français. Tout le contraire d’un Fillon qui cherche à enterrer vivant le peuple de France ou d’un Macron qui ne gesticule sur les estrades que pour les riches dont il est l’obligé.

« Dégagez » !
 
Il semble en effet qu’une insurrection citoyenne est bel et bien en marche, et pas seulement contre la monarchie présidentielle… Mélenchon incarne clairement le peuple qui résiste, quand d'autres ne sont là que pour l'asservir ou le priver de liberté.
 
Verdi - Lundi 20 mars 2017

: France Monde