Manchester : 19 morts dans une « attaque terroriste » après un concert d’Ariana Grande

2017-05-23 04:36:55 - La première ministre britannique Theresa May a condamné un acte « épouvantable ». Les témoins évoquent une explosion, et une cinquantaine de blessés sont à déplorer.

Au moins 19 morts et une cinquantaine de blessés sont à déplorer après « l’incident grave » qui s’est produit lundi 22 mai à la Manchester Arena, au Royaume-Uni, une salle où se produisait la chanteuse américaine Ariana Grande, a annoncé la police locale, qui évoque un « possible acte terroriste ».
 
Dans un communiqué publié mardi, la première ministre britannique Theresa May a condamné « une attaque terroriste épouvantable » à Manchester. « Nous travaillons à établir tous les détails », a souligné Mme May, en exprimant sa sympathie aux familles.
 
Certains témoins, cités par les médias anglais, ont évoqué une « déflagration » à la fin du concert, alors que les lumières venaient de se rallumer. Elle aurait eu lieu en dehors de l’enceinte, explique la direction de la salle sur Twitter. Une version qui tranche avec celle de témoins qui évoquent, eux, une explosion dans le hall d’accueil de la salle.
 
La police de Manchester s’affaire. Elle a notamment procédé à une explosion contrôlée dans les jardins de la Cathédrale, situés à quelques dizaines de mètres de la salle de concert Arena. « Si vous entendez du bruit, n’ayez pas peur », a-t-elle prévenu sur son compte Twitter. Elle a ensuite affirmé qu’il s’agissait « de vêtements abandonnés », et non d’objet suspect.

« Choqué et effrayé »
 
Pouvant contenir jusqu’à 18 000 personnes, la salle de concert était encore pleine quand « une explosion » a retenti, aux alentours de 22 h 30 (heure locale).
 
Interrogés par la BBC, Gary Walker et sa femme se trouvaient à quelques mètres du lieu de l’explosion, attendant leurs filles à la sortie du concert. « Nous avons entendu la dernière chanson, puis tout à coup il y a eu un énorme flash, suivi d’une explosion et de fumée. J’ai ressenti une douleur dans mon pied et ma jambe, détaille-t-il. J’ai un trou dans mon pied où j’ai un peu d’éclats d’obus. » Sa femme a également été blessée, à l’estomac et aux jambes.
 
Venu assister au concert avec sa sœur, Oliver Jones, 17 ans, a raconté au quotidien The Guardian, avoir « entendu une détonation » lorsqu’il était aux toilettes, au moment où le concert venait de s’achever. « J’ai vu les gens courir et crier dans une direction, avant de repartir en sens inverse », témoigne-t-il, se disant « choqué et effrayé » : « On voit ça tout le temps aux nouvelles, mais on ne s’attend pas à ce que cela nous arrive. »
 
La chanteuse est indemne, a signalé Joseph Carozza, un représentant du label d’Ariana Grande.
 
La foule a succombé à des mouvements de panique et de confusion. « Des gens criaient qu’ils avaient vu des gens recouverts de sang mais d’autres disaient que c’était des ballons éclatés ou un haut-parleur », a déclaré Robert Tempkin, 22 ans, de Middlesbrough, à la BBC.
 
Citant des témoins, la BBC a fait état de 20 à 30 personnes « allongées sur le sol » devant la salle de concert. Une vision partagée par un serveur du Steven Charles Snooker Club, un établissement situé non loin de Manchester Arena, qui a recueilli de « nombreuses personnes en panique » et vu « une femme faire une crise cardiaque ».
 
Un élan de solidarité
 
Le trafic ferroviaire vers la gare de Manchester Victoria, proche de la salle de concerts, a été stoppé, a prévenu l’opérateur Northern Railway. Il sera suspendu mardi, toute la journée.
 
Rapidement après l’incident, des centaines d’habitants de Manchester se sont manifestés sur Twitter pour offrir des lits ou des chambres aux personnes bloquées dans la ville, via le hashtag #RoomForManchester. Une initiative encouragée par le maire du Grand Manchester, Andy Burnham (parti travailliste), sur Twitter : « Suivez #MissinginManchester et #RoomForManchester qui montrent le vrai esprit de notre ville face à une tragédie aussi dévastatrice. »
 
Cet élan de solidarité rappelle celui qui s’était manifesté le 13 novembre à Paris, les riverains avaient alors utilisé le hashtag #Porteouverte. Comme lors de ces attentats ou de ceux de Berlin, le réseau social Facebook a activé son « safety check », un outil qui permet aux internautes d’informer leurs amis qu’ils sont en sécurité.
 
Un conseiller local, Pat Karney (parti travailliste), a déclaré à la BBC que la Manchester Arena était «une cible très facile». « Tout le monde dans la ville est choqué, après avoir vu à quel point les jeunes gens [présents] sont jeunes, nos pensées vont évidemment aux familles ».

Le Monde
 
 

: France Monde