Crise diplomatique en RDC: fermeture du consulat belge à Lubumbashi demandée, et querelle franco-belge

2018-02-07 03:41:53 - La République démocratique du Congo (RDC) a demandé à la Belgique de fermer son consulat général à Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Haut-Katanga (sud-est). C'est le signe d'une irritation croissante des autorités de Kinshasa contre ce qu'elles qualifient d'"activisme" déployé par la Belgique, a indiqué ce lundi soir une source diplomatique congolaise.

Dans le même temps, la RDC a décidé de fermer, dans un souci de réciprocité son consulat à Anvers, a affirmé cette source à l'agence Belga, confirmant des informations publiées notamment par le magazine 'Jeune Afrique'.
 
À Bruxelles, le ministère des Affaires étrangères a affirmé "ne rien pouvoir confirmer" pour l'instant, tout en s'attendant à de telles mesures.
 
Cette décision intervient alors que les autorités viennent d'annoncer la réduction des fréquences des vols de la compagnie Brussels Airlines entre Bruxelles et Kinshasa de sept à quatre par semaine, décision reportée par la suite.
 
Le consulat général de Lubumbashi est, avec l'ambassade, le poste diplomatique dont la Belgique dispose en RDC, après la fermeture de celui établi à Bukavu, le chef-lieu de la province du Sud-Kivu (est) en juin 2008, au plus fort d'une autre crise diplomatique entre Bruxelles et Kinshasa.
 
Par www.rtbf.be
 
Violences en RDC : querelle franco-belge (Paris Match)
 
L'application des sanctions des récentes violences en République démocratique du Congo suscite des querelles diplomatiques entre la France et la Belgique.
 
Sur le fond, l’Union européenne parle d’une même voix pour condamner les violences policières et l’entêtement de Joseph Kabila à saboter le processus électoral afin de se maintenir au pouvoir. Sur la forme, les avis divergent. Après les récentes violences en République démocratique du Congo, les diplomates belges plaidaient pour une réaction commune exprimée par les ambassadeurs européens à Kinshasa.
 
Les Français préféraient une option européenne avec une position rédigée à Bruxelles et prononcée par la haute représentante Federica Mogherini. Cette différence de « forme » aurait irrité les Belges qui soupçonnent la France de vouloir « ménager » Kabila pour préserver des intérêts économiques...
 
la suite sur Paris Match

: Afrique Monde